Shadowrun c'est maintenant ?

Publié le par muet_comme_un_carpe_diem

http://www.bdfi.net/img_forum/egan_%28axiomatique%29.jpgDans sa nouvelle Axiomatique Greg Egan livrait autour de la douloureuse question du deuil une réflexion sur ce qui fonde l'humain dans un monde futuriste où les prothèses, les implants électroniques, la nanotechnologie et les drogues en tout genre sont devenus monnaie courante.

 

Isaac Asimov, dans sa nouvelle L'homme bicentenaire, proposait un personnage de robot qui se réclame humain. Andrew, devenu expert des prothèses cybernétiques, démontre devant les tribunaux qu'un humain appareillé de tels dispositifs n'en est pas moins humain et réciproquement qu'en dépit de son cerveau positronique, il est capable d'avoir des sentiments.

 

Si l'on ne peut que se réjouir des progrès scientifiques spectaculaires  qui ont permis de rendre plus autonomes des personnes handicapées, il n'en faudrait pas pour autant tomber dans un angélisme béat voire bétâ qui nous ferait négliger de nous interroger sur les conséquences à long terme de cette humanité augmentée.

 

La chirurgie réparatrice a considérablement progressé suite aux opérations menées sur les Gueules cassées de la première guerre mondiale. Qui contesterait le droit à une femme ayant subi une ablation du sein suite à un cancer de retrouver une poitrine, ou à un accidenté de la route de retrouver le plaisir de se regarder dans la glace. Les avancées de la microchirurgie sont telles que l'on a même pu greffer un nouveau visage à une femme, rendre à une autre la possibilité de marcher.

 

http://media.paperblog.fr/i/581/5813487/goodas-japonais-sinjectent-donuts-front-L-M48vmd.jpegMais que penser de la démocratisation de la chirurgie plastique pour modifier son apparence pour coller aux canons de beauté du moment ou au contraire s'en démarquer de manière radicale comme les adeptes du front donut ?  Nous sommes arrivés à une époque ou de plus en plus de personnes cherchent non seulement à corriger mais à remodeler en profondeur leur physique. Le "Je est un autre" de Rimbaud est en passe de devenir la devise de bon nombre de nos contemporains.

 

L'augmentation du nombre de personnes amputées suite à l'emploi massif de mine antipersonnelle dans la seconde moitié du vingtième siècle a de même provoqué l'apparition de prothèses de plus en plus élaborées.

 

 

 


 

 

 


 

 

La mannequin Aimee Mullins amputée très jeune a douze paires de jambes et adore pouvoir changer de taille quand ça lui chante et fait même la promotion de ce style de vie.

 

 


 

 

http://sante.lefigaro.fr/sites/default/files/styles/450_x_/public/media/field_media_image/31c26b70-9602-11e1-a519-10040b45a524-493x328.jpgA contrario des projets militaires cherchent à mettre à profit tout cela pour concevoir des exosquelettes qui renforceraient les capacités des soldats.

 

De la réparation on glisse de plus en plus vers l'augmentation. Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ?

 

Certains se demandaient d'ores et déjà si la banalisation du port de lunettes n'avait pas renforcé la présence du gène de la myopie alors que diront ces partisans de l'eugénisme pour les implants cochléaires, les pacemakers, les stimulateurs électroniques permettant de rendre partiellement la vue, de soigner des troubles obsessionnels du comportement ou la maladie de Parkinson, des dispositifs permettant à des tétraplégiques d'animer des robots par la pensée ?

 

Réclameront-ils une sélection pré-natale à la manière de Bienvenue à Gattaca  car ils refuseront de contribuer au financement de ces dispositifs onéreux ? Ou au contraire exigeront-ils que ces avancées médicales et scientifiques aient des retombées rapides dans leur propre quotidien pour améliorer leurs capacités physiques ou intellectuelles ? Voire leur durée de vie comme dans le film Island. D'ores et déjà des parents faute de trouver un donneur compatible ont décidé d'avoir un autre enfant spéciquement conçu pour porter le matériel génétique suceptible de sauver le premier.

 

 


 

 

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/2/2c/Shadowrun4A.jpg/240px-Shadowrun4A.jpgQue cet eugénisme rampant soit à l'endroit ou à l'envers ne risque-t-il pas de servir une uniformisation de la population voire les intérêts d'employeurs soucieux d'avoir des salariés de plus en plus performants. A un autre niveau, le développement de l'informatique et de la téléphonie a certes permis d'incrémenter les possibilités de communiquer tout azimuth mais elle a également permis aux patrons de renforcer la pression sur leurs employés en dehors des horaires de travail. L'allongement de l'espérance de vie et la volonté de repousser l'âge de la retraite ont poussé l'industrie à améliorer l'ergonomie de poste de travail. Encore une fois est-ce un progrès ou un recul ?

 

La question n'est pas de refuser le progrès mais d'avoir une réflexion éthique sur son impact sur notre quotidien à tous et de mesurer en quoi cela permet ou non à l'humanité de progresser.

 

 


 

La robotique fait elle aussi des progrès fabuleux qui permettent d'ores et déjà d'aller vers des avatars de plus en pluscrédibles. Ces androïdes seront-ils l'incarnation de cette humanité qui se veut parfaite ?

 

 

 


 

 

 


Shadowrun c'est maintenant ? La vidéo suivante est en fait une publicité pour un jeu vidéo mais elle résume bien à mon sens les espoirs et les risques atenants à ce débat :

 

 


 

 

 


Publié dans Divers et avarié

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
<br /> Assez effrayant tout cela!! Les Hyde et Jeckyll de la technologie scientifique ...<br />
Répondre
M
<br /> <br /> Le plus effrayant est pour moi la confiscation de ces questions par une "élite" économique et politique alors que pourtant cela nous concernent tous.<br /> <br /> <br /> Ces thèmes étant très pointus pour nous autres les citoyens lambda ils abusent de nos lacunes pour faire un peu comme bon leur semble. Ne nous limitons pas au rôle de pousse bouton.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Pour autant ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain et prenons le temps de jauger ce qui est positif pour l'intérêt général sans prendre les vessies pour des lanternes. Je ne suis ni partisan de<br /> la décroissance ni du productivisme aveugle.<br /> <br /> <br /> <br />