Bugs, recueil de nouvelles de Gérard Delteil

Publié le par muet_comme_un_carpe_diem

http://genma.free.fr/IMG/jpg/gerard_delteil_bugs.jpgQuelles que soient nos réserves sur cet outil, l'ordinateur est en passe de devenir un accessoire incontournable de notre quotidien. Démarches administratives diverses et (a)variées ; réservations de titres de transport, achats et ventes ; recherches d'informations, d'un emploi ou d'une âme soeur, c'est un fait de plus en plus de choses se font en ligne.

Gare à ceux qui seront pas en capacité de se mettre à la page car ils auront de moins en moins voix au chapitre et seront ipso facto exclus de pans entiers d'activités. La rapidité avec laquelle cette technologie évolue a d'ailleurs décidé le gouvernement à se doter d'un secrétariat d'Etat chargé de la Prospective et du Développement de l'économie numérique.

C'est dire si les enjeux sont d'importance !

Mais n'y-a-t-il pas un tant soit peu de fumée dans le plasma de nos écrans ?

Facebook est-il comme le soutient le romancier Jérôme Leroy la concrétisation du rêve d'Obrien, le tortionnaire du Ministère de l'amour dans 1984 puisque les citoyens-consommateurs viennent, de leur propre chef, donner en pâture  le détail de leur vie qui n'a de privée que le nom ? En tout cas bon nombre de Directeurs de ressources humaines n'hésitent plus à s'en servir pour recruter ce qui donne un nouvel écho aux pratiques discriminatoires.

De même, la maîtrise de la toile donne-t-elle la tentation de falsifier l'histoire comme dans le roman de George Orwell ? Le Canard enchaîné du 12 août 2009 révélait comment "on" avait cherché - en vain - à caviarder un passage désagréable de la biographie d'Alain Marleix, secrétaire d'état au ministère de l'intérieur en charge du redécoupage de la carte électorale, d'abord depuis l'Elysée et ensuite depuis la place Beauvau.


A contrario, bon nombre de mouvements contestataires du monde entier ont su tirer profit de cette révolution numérique - même si elle manque de sueur selon No one is innocent - pour tisser leurs réseaux militants et donner un plus large écho à leur propagande à peu de frais.

En un clic, des informations que les autorités du monde entier de l'Iran aux Etats unis d'Amérique auraient préférées étouffer peuvent faire le tour du monde.

Aussi l'intérêt du recueil Bugs de Gérard Delteil est de nous permettre de porter un autre regard sur ce silex moderne aux arêtes plus ou moins tranchantes.

Publiées en 1999, ces nouvelles abordent en effet plusieurs thématiques en phase avec l'actualité : politiques commerciales agressives des firmes qui produisent les logiciels pour assoir leur monopole et faire cracher les utilisateurs au bassinet aussi souvent que possible par le biais des hotlines ; fiabilité toute relative de la numérisation des données ; traque des perversions sexuelles ; effets pernicieux des réseaux intranets au sein des entreprises ; enfermements pathologiques dans des univers virtuels ; politiques sécuritaires couplées aux intérêts de la société de consommation. Le tout avec mordant, morgue et un réel souci de vulgarisation pour les non initiés aux terminologies abconses du cryptolangage des informaticiens.

Par ailleurs, au delà de ces sujets ô combien contemporains,  l'ancien crayeur - dessinateur de trottoir - n'hésite pas dans deux nouvelles drôlatiques à imaginer la réorganisation du Purgatoire par Bill Gates et un Belzébuth voulant vivre avec son temps et cherchant comment mettre en place la numérisation de ses pactes diaboliques.

http://lewebpedagogique.com/enlisant/files/2008/12/207041573208lzzzzzzz.jpghttp://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/8/1/5/9782266152518.jpgTrois aures nouvelles du recueil sont plus spécifiquement tournées vers l'anticipation. Dans Rude journée, Gérard Delteil  se demande comment seraient gérées les quelques tâches pénibles que l'automatisation ne serait pas encore parvenue à éviter à l'humanité ? A contrario dans Fiche N°18972394 le romancier dépeint une société où l'informatique est totalement proscrite suite à l'arrivée au pouvoir en 2014 du Parti révolutionnaire pour le retour aux libertés individuelles après des émeutes contre le fichage informatique. Cette nouvelle ne sera pas sans vous évoquer d'une part le Jihad Butlérien de la saga Dune de Franck Herbert et les pompiers dans Fahrenheit 451 de Ray Bradbury d'autre part. Rupture aborde un sujet plus délicat. Est-ce que l'informatique couplée à des combinaisons capables de simuler toutes les sensations seraient en mesure de soulager la détresse des personnes atteintes d'un handicap dans le cadre d'un programme d'assistance sentimentalo-sexuelle géré par la sécurité sociale ?

Pour finir, Il suffit de s'y mettre, la dernière nouvelle pour être la plus longue n'en est pas moins une des plus intéressantes car elle est le théâtre d'une vendetta contre un escroc via l'informatique qui vous permettra de mieux comprendre le principe d'un trojan, ces chevaux de Troie du 21ème siècle.

P.S.  du 24 août : A l'heure où l'omniprésident reçoit - de nouveau - les banquiers pour évoquer - de nouveau - les boni accordés aux traders alors que l'Etat a injecté des milliards pour sauver le système bancaire français, il est à noter que selon le Canard enchaîné du 12 août 2009  les systèmes informatiques qui régissent les échanges entre les Bourses de Paris, Bruxelles, Lisbonne et New-York, fédérés au sein de Nyse-Euronext vont émigrer de la banlieue parisienne à la City de Londres.

Faut-il comme le journal impertinent penser que les Traders vont bientôt suivre pour être au plus près de leur outil de travail et échapper par la même occasion à tout encadrement de leur bonus ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Quand nous étions petits, nous voulions être pompiers, infirmières, vétérinaire ou voler dans l'espace, crois-tu que les "petits" d'aujourd'hui rêvent de devenir traders ?
Répondre
M
<br /> <br /> Je ne sais pas mais en tout cas les "petits" ne doivent pas comprendre pourquoi des personnes qui sont montrées du doigt pour nous avoir foutu dedans sont récompensées par des bonus alors que<br /> l'on ne cesse de leur répéter que les enfants doivent respecter des limites pour le bien de tous.<br /> <br /> La lecture du Canard du 12 août explique que le pire c'est que pour l'instant il ne semble pas y avoir de moyens fiables pour jauger de la réelle efficacité d'un trader et que donc faute de<br /> risquer de voir partir la poule aux oeufs d'or tout le monde est récompensé par des bonus !<br /> <br /> Ajoutons à cela l'annonce du départ vers la city de Londres du parc informatique et la menace d'aller à Dubaï si jamais le gouvernement anglais voulait suivre "l'exemple" français, on peut se<br /> demander si les traders seront jamais encadrés.<br /> <br /> <br /> <br />