Blanquette, roman de Laure Buisson

Publié le par muet_comme_un_carpe_diem

http://images-eu.amazon.com/images/P/2290320056.08.LZZZZZZZ.jpgPour se rapprocher au plus près de son idéal féminin, elle a méthodiquement aménagé son apparence et sa culture quoi qu'il ait pu lui en coûter. Cinq ans durant, elle a été sa confidente et séché ses larmes après chacune de ses nombreuses déconvenues sentimentales mais est parvenue à le repousser pour mieux le ferrer lorsqu'à la suite d'un nouveau débit amoureux il a cherché à l'embrasser.

Maintenant qu'elle a réussi à le prendre dans les filets de sa patience opiniâître et de son dévouement sans faille, elle entend garder son homme à tout prix. Aussi, elle renonce à ses études pour se consacrer de manière obsessionnelle à la maintenance de plus en plus experte de leur nid d'amour et à l'entretien de tous ses désirs tout en rendant invisibles les  barreaux de sa cage dorée.

Après avoir écarté avec maëstria la mère puis la soeur de son époux sans qu'il ne puisse rien lui reprocher bien au contraire, elle reste à l'affût pour évincer avant même qu'elles ne tentent quoi que ce soit ses rivales au moyen de ruses machiavéliques qui en disent long sur sa détermination à dresser un cordon sanitaire autour de lui.

Le roman bascule lorsqu'elle cette femme amoureuse en vient à comploter contre sa propre fille pour accaparer chaque once de tendresse de son mari. Mais cela ne suffira néanmoins pas à apaiser les morsures du doute et elle mettra en place une ultime manipulation pour s'assurer de la qualité de son affection.

Au travers de cet engrenage prométhéen, Laure Buisson nous dresse un portrait clinique définitivement effrayant mais néanmoins captivant de la maladie d'amour qui pousse son héroïne à assurer toujours plus avant sa mainmise sur l'être aimé.

Dans le même registre, Emmanuèle Bernheim avait exploré le fétichisme compulsionnel et les fantasmes scoptophiles dans Sa femme, Michel Spinosa avait abordé l'érotomanie qui vire au harcélement dans Anna M, mais Laure Buisson propose avec ce premier roman une manière singulière de questionner les limites pathologiques du sentiment amoureux.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article